Procrastination. Comment s’en sortir ?

Laetitia PARRENNE

Laetitia PARRENNE

Procrastination. Comment s’en sortir ?

« Je sais qu’il faut que j’avance mais je ne le fais pas. C’est plus fort que moi. Je fais d’autres choses à la place… Et quand l’échéance est là, c’est la course. Je travaille vite alors que je n’aime pas travailler dans l’urgence. C’est usant. » 

« La réunion est dans deux jours. J’ai une présentation à faire et je n’ai rien préparé. Il y aura des membres de la direction. Je sais que je ne me rends pas service quand j’agis comme cela ».

« J’ai déjà raté mon examen une fois. Si ce n’est pas parfait… Si je ne sais pas tout, je préfère ne pas faire. Je préfère repousser l’échéance à plus tard ».

Manque de motivation, crainte de ne pas être à la hauteur, recherche de la perfection… Plusieurs facteurs peuvent être à la source de la procrastination. 

Comment se débarrasser de cette sensation culpabilisante de ne pas faire ce qui doit être fait ? Passer pour une personne qui n’est pas fiable, nonchalante ou négligente ne vous plait guère. Vous n’aimez pas renvoyer cette image. 

Vous avez cliqué sur l’article ? C’est déjà un premier pas pour sortir de cette spirale. Passons en revue les causes de la procrastination avant de parcourir des solutions. Tout d’abord, démarrons par sa définition. 

C’est quoi la procrastination ?

La procrastination, c’est la tendance à remettre une action à plus tard. 

Vous devez rédiger un article, piloter un dossier ou encore appeler un client, un prospect. Vous ne passez pas à l’action et vous la reportez à une échéance ultérieure souvent avec un motif (qui vous parait) béton : vous avez d’autres priorités, ce n’est pas le bon jour, vous avez eu de nouvelles idées entre temps et cela nécessite de remettre les choses à plat. Pourtant, l’activité à réaliser est prioritaire. 

C’est grave docteur ? La procrastination ne relève pas d’une pathologie. C’est plutôt une stratégie d’évitement. Mais qu’évitez-vous à ce point ?


Comprendre le phénomène : pourquoi on procrastine ?

Le perfectionnisme

Perfectionnisme

D’après le Centre National des Ressources Textuelles et Lexicales, le/la perfectionniste est une « personne qui est animé(e), obsédé(e) par un souci exagéré de la perfection en toute chose, notamment qui apporte un soin extrême, excessif dans la finition de son travail ». 

Quel lien avec la procrastination ?  Miriam Adderholt-Elliot, psychologue, associe les caractéristiques suivantes à ce phénomène : procrastination, peur de l’échec, philosophie du « tout ou rien », paralysie du perfectionnisme et dépendance au travail ». 

Le perfectionnisme peut donc retarder le passage à l’action. Il se cache derrière la peur de se tromper ou de faire des erreurs. Si vous n’avez pas d’échéance, vous pouvez retarder la finalisation de votre livrable pour peaufiner votre travail. Il y a toujours quelque chose à affiner… Si vous avez une échéance, vous pouvez la négocier plusieurs fois afin de rendre un travail parfait. 

Le risque de s’épuiser à terme est une réalité. 

La peur de se lancer

L’activité est nouvelle ? Il y a de l’enjeu ? 

Accepter un nouveau poste, se lancer dans l’entrepreunariat, communiquer devant un large public… Autant de situations qui peuvent générer du stress et de l’anxiété. 

L’inconnu peut effrayer : que va-t-il se passer ? Et si je n’y arrive pas ? Que vont penser les autres ? Ces questions freinent le passage à l’action et vous maintiennent dans un entredeux pas agréable voire frustrant. Un travail sur la source de votre résistance (manque de confiance, estime de soi, peur de s’exposer au regard des autres) peut être mené pour faciliter le changement à venir. 

Le piège du vaste chantier et du manque de motivation 

Vous devez démarrer une activité d’ampleur, qui avouons-le ne vous stimule pas. L’ensemble vous semble insurmontable. Vous ne savez pas par où commencer. D’emblée, le manque de motivation s’installe et vous laisse entrevoir de longues semaines de travail. Vous êtes tenté(e) de repousser l’échéance au maximum. 

Au final, vous vous retrouvez à travailler dans l’urgence et sous tension. Un sentiment d’insatisfaction apparait. Le travail fourni ne vous ressemble pas. 

L’environnement de travail et ses tentations

Les conditions matérielles de travail peuvent jouer un rôle dans votre procrastination. 

Vous êtes en télétravail et votre attention est appelée par d’autres tâches, professionnelles ou non. Votre esprit vagabonde et s’éloigne de votre activité initiale. 

Vous êtes en Open Space et êtes interrompu dans votre activité. L’environnement est bruyant et vous avez du mal à vous concentrer alors que la tâche requiert une attention maximale. 

Oui, l’environnement influe et peut contribuer à la procrastination. À vous d’identifier les conditions les plus favorables (ex, espace de Coworking pour se motiver, travail isolé pour rester concentré. 

COMMENT AVANCER ET S’EN SORTIR ?

Après avoir exploré les causes possibles de la procrastination, je vous propose quelques pistes de travail qui ont déjà fonctionnées pour les personnes que j’ai accompagnées. Ces pistes permettent de reprendre le contrôle sur la situation. 

Se rendre compte du chemin parcouru : lister l’ensemble des tâches, celles déjà réalisées et celles à venir

Où en êtes-vous exactement dans cette tâche qui n’avance pas ? Une fois, en listant le travail accompli avec un coaché, nous avons partagé le fait que plus de 70% du travail avait été fait. Partout, il répétait qu’il n’avait rien fait.

En plus de poser les choses, cela peut redonner de l’élan et de la motivation. En effet, il est agréable de se rendre compte qu’une part non négligeable a déjà été menée. 

Poser les étapes pour clarifier le chemin : clarifier la feuille de route 

La tâche vous semble énorme et vous ne savez pas comment vous y prendre ? Il peut être utile de poser les principaux jalons permettant d’atteindre votre objectif. 

Lorsque les grandes étapes sont posées, il sera plus simple d’identifier les actions de l’étape. Vous pourrez aussi vous rendre compte que vous n’avez pas connaissance de l’ensemble des éléments pour avancer. Une aide extérieure sera peut-être nécessaire. 

Se fixer le plus petit objectif possible garantissant une victoire rapide

Si la motivation vous manque, il peut être utile de démarrer doucement. Par exemple, si je dois me remettre au sport, je peux démarrer en allant courir 5 minutes. Idem, si vous n’aimez pas la vaisselle, démarrez par le lavage d’une cuillère dans un premier temps. Le tout est de se mettre en travail. 

Recourir à un tiers 

Vous êtes enlisé(e) dans le cercle vicieux de la procrastination ? Pourquoi ne pas solliciter un tiers pour sortir de cette spirale ? En effet, vous devez rendre un document mais : 

Vous allez trop dans le détail, passez trop de temps sur une partie, n’avez pas démarré une partie stratégique parce que vous n’avez pas encore identifié la bonne porte d’entrée.

Un tiers de confiance c’est-à-dire une personne qui vous fera un retour bienveillant et impartial vous permettra de : 

  • Prendre de la distance sur le travail déjà accompli
  • Être rassuré lorsque le travail répond aux attentes
  • Échanger sur vos idées 
  • Bénéficier d’une critique constructive 

POUR CONCLURE

Cet article visait à présenter les principales causes de la procrastination et des solutions pour s’en sortir. J’espère que cette lecture vous a plu et que vous avez pu identifier des pistes pour surmonter cette tendance qui peut vous gâcher la vie. 

Par quoi allez-vous démarrer ? 

Laetitia Parrenne – Fondatrice Humano Modo
Coaching Professionnel I Conseil I Formation
Bretagne – Grand Ouest – Ile de France & Intervention à Distance
E-mail : laetitia.parrenne@humano-modo.com
Site : www.humano-modo.com

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.