Burn out au travail : Comment le détecter ? À qui en parler ? Que faire ? Définition et étapes vers la reconstruction et la résilience

Laetitia PARRENNE

Laetitia PARRENNE

Burn out au travail : Comment le détecter ? À qui en parler ? Que faire ? Définition et étapes vers la reconstruction et la résilience

Je me sens épuisé(e), vidé(e) depuis quelques temps… J’ai les nerfs à fleur de peau… J’ai la tête dans le guidon et j’ai du mal à prendre du recul avec mon travail… Mon entourage me renvoie que je ne suis pas dans mon état normal… Plus je travaille, moins j’ai le sentiment d’être efficace. C’est frustrant… Je sais que je suis à bout mais je continue, je ne veux pas lâcher mes collaborateurs… Vous vous reconnaissez dans les affirmations précédentes ? Peut-être êtes-vous proche du burn out.

Selon une étude Cadremploi[1], 50% des cadres interrogés pensent avoir fait un burn out sans en être certain. En effet, une des difficultés est de connaitre et identifier les symptômes du syndrome. 

Dans cet article, je vous propose de passer en revue différentes phases pour vous accompagner dans la détection du burn out et vers la voie de la reconstruction et de la résilience. 


[1] Étude Cadremploi :  https://www.cadremploi.fr/editorial/actualites/actu-emploi/detail/article/la-moitie-des-cadres-pensent-avoir-deja-fait-un-burn-out.html


DÉFINITION : QU’EST-CE QU’UN BURN OUT ?

Un phénomène qui s’inscrit dans le temps

Le burn out ou syndrome d’épuisement professionnel implique l’épuisement des ressources adaptatives pour faire face à des événements stressants ou difficiles. Concrètement, il s’agit de mobiliser de l’énergie pendant une longue période sur un ou plusieurs dossiers exigeants ou à forts enjeux. On parle alors de stress chronique. 

On frôle avec le burn out quand on résiste pour faire face à la charge et que le surinvestissement survient et s’installe (forte amplitude horaire, travail le soir ou le week-end…). L’épuisement peut se traduire par une fatigue psychique et physique intense. 

Le burn out peut être accompagné d’une décompensation, due à l’effondrement des barrières psychiques qui permettaient, jusqu’à lors, de tenir face à la pression. Cela peut se traduire par le fait « d’exploser » en réunion ou par l’incapacité de se lever pour aller au travail le matin. 

La notion de temporalité est fondamentale pour différencier le burn out d’une fatigue passagère. C’est un syndrome qui évolue lentement. 

PHASE 1 : RECONNAITRE LES SYMPTÔMES 

À quoi puis-je reconnaitre que je suis proche du burn out ? Au-delà de l’épuisement, plusieurs symptômes sont scientifiquement associés[1] au burn out. Ils permettent de le caractériser :

  • Dépersonnalisation : attitudes et comportements qui ne nous ressemblent pas, propos cyniques, pensées sombres, insensibilité à son entourage
  • Épuisement émotionnel : fatigue psychique, crise de larmes, sur-réaction, récupération difficile, sommeil altéré ou qui ne « repose pas »
  • Sentiment de ne pas s’accomplir au travail : sentiment de ne pas être productif ou sentiment d’inefficacité, évaluation négative de son travail, sentiment d’incompétence ou de ne pas être à la hauteur 

Sur les plans émotionnel, psychologique et comportemental, cela peut se traduire par : 

  • Émotions exacerbées (colère ou peur excessive)
  • Hyper contrôle inhabituel de son travail 
  • Perte de confiance et d’estime de soi 
  • Isolement et repli sur soi 
  • Anxiété 

Évolution du syndrome  

Au départ, les symptômes physiques apparaissent en réaction à une situation stressante, puis apparait un certain dysfonctionnement de la pensée et une tendance à s’isoler de plus en plus. Survient ensuite le sentiment de ne pas être à la hauteur pour relever les défis habituels et un sentiment de honte apparait. Puis, des troubles de l’affect se manifestent et le sens de la vie est altéré (perte des idéaux, d’énergie, de motivation). Le système de valeur est alors perturbé. 

[1] D’après Christina Maslach et Susan Jackson (1986)

QUE DOIS-JE FAIRE SI JE FAIS UN BURN OUT OU SI J’EN SUIS PROCHE?

PHASE 2 : ACCEPTATION ET RÉCUPÉRATION 

Acceptation 

Probablement que votre entourage vous a déjà alerté sur un changement de votre état et que vous avez ignoré ces alertes. Vous êtes dans le déni. L’acceptation sera d’autant plus difficile car vous pensiez pouvoir tenir face à une situation difficile voire complexe. 

Pourtant l’acceptation constitue une étape importante : se reconnaitre dans les symptômes et le fait d’accepter, en quelque sorte, notre faillibilité. Cette phase charnière semble évidente mais elle est souvent la plus difficile à admettre. Pourtant, cette prise de conscience est nécessaire pour sortir du burn out. Vous pouvez vous faire accompagner par un professionnel à cette étape en cas de doute (médecin, psychiatre, psychologue) afin d’éviter la décompensation.

Lorsqu’il y a décompensation, cette acceptation n’a pas lieu. Le corps rappelle à l’ordre et vous dit STOP. 

Récupération

Un temps de repos est nécessaire pour récupérer face à une situation qui vous a épuisée. Votre médecin traitant ou un psychiatre est à même de diagnostiquer votre état sur le plan médical et le temps nécessaire pour cette récupération. 

La récupération peut se traduire par de longues nuits, une fatigue latente, une difficulté à se concentrer. C’est le « contre coup » du surinvestissement professionnel. La phase de récupération sera d’autant plus importante que vous avez ignoré les symptômes pendant une longue période. 

PHASE 3 : RECONSTRUCTION ET RÉSILIENCE 

Comprendre 

Quand le burn out survient, un travail de reconstruction est à mener pour éviter de se replacer dans le même contexte. En effet, les mêmes causes provoquent les mêmes effets. Il s’agit de prendre du recul sur la situation, d’identifier les facteurs en cause et son fonctionnement face à la situation : comment en suis-je arrivé(e) là ?

  • Injonction paradoxale. Par exemple, devoir réaliser une mission nouvelle sans en avoir les moyens
  • Pression temporelle et forte conscience professionnelle 
  • Surcharge de travail dans un collectif en sous-effectif et « compensation » d’une organisation en souffrance
  • Manque de reconnaissance suite à un surinvestissement 
  • Retard à récupérer et envie de ne pas décevoir l’équipe et la hiérarchie. C’est une forme de conflit de loyauté. 

Un psychologue peut vous accompagner pour mener un travail de reconstruction et de résilience. Mettre des mots sur des maux est souvent un temps fort, libérateur voire rassurant pour certain(e)s : comprendre ce qu’il s’est passé permet de sortir d’une spirale négative avec des ruminations et pensées persistantes et culpabilisantes. 

Développer de nouvelles habitudes professionnelles 

Dans un second temps, il sera opportun de développer des pratiques vertueuses et protectrices (temps de déconnexion, identifier des proches soutenants, évolution/adaptation des conditions de travail…). Certaines actions peuvent nécessiter la coordination avec certains acteurs de l’entreprise (cela peut varier selon les situations) : médecine du travail, DRH, management.

Enfin, l’accompagnement explore aussi la question du sens du travail et des valeurs pour les replacer au centre des préoccupations professionnelles dans les discussions concernant la reprise de l’activité. C’est un temps pour se redécouvrir et faire le point sur ses aspirations. 

A cette étape, il est important d’accompagner les nouveaux usages et de sécuriser la reprise de l’activité. Il existe autant de possibilités que de situations : la bonne est celle qui convient à VOTRE situation. L’idée est de faire émerger une nouvelle énergie positive et vos ressources en vue d’une reprise plus sereine.  

POUR CONCLURE

Au travers de cet article, nous avons exploré dans une première partie le burn out permettant ainsi d’en délimiter les contours. Qu’est-ce que le burn out ? Quels sont les symptômes ? Dans une deuxième partie, je vous ai présenté une voie vers la reconstruction et la résilience. Les différentes étapes proposées permettent un accompagnement progressif et à votre rythme. 

Pour finir, je ne dirais qu’une chose. Si vous avez un doute, parlez-en à un professionnel. Ne restez pas dans le doute et dans une situation qui génère de la souffrance. Des solutions existent grâce à un accompagnement consciencieux et bienveillant. J’espère que cet article vous éclaire sur les différentes étapes d’un accompagnement suite à un burn out, les différentes perspectives et le développement possible d’un nouveau souffle. 

Laetitia Parrenne – Fondatrice Humano Modo
Coaching Professionnel I Conseil I Formation
Bretagne – Grand Ouest – Ile de France & Intervention à Distance
E-mail : laetitia.parrenne@humano-modo.com
Site : www.humano-modo.com

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.